Il faut que les démocrates européens sauvent le capitalisme de lui-même

Read this post in English

Secoués par les crises économique des années 1920 et 1930, les hommes politiques se sont raccrochés au étalon-or parce que c’était tout ce qu’ils savaient. L’étalon-or a infligé une austérité permanente et des baisses implacables de salaire. La conséquence était la stagnation économique et ensuite l’effondrement, le chômage qui grimpe en flèche, le bouleversement social et politique énorme. Le poids mort de l’étalon-or a été finalement livré lorsque les électeurs européens ont commencé à faire étalage de sa force et mettre les partis d’austérité à la porte. Il n’y a pas eu une fin heureuse.

Deputés du parti “l’Aube d’or” font leur salut néo-nazi après l’inauguration du nouveau parlement grec le 17 Mai.

Aujourd’hui, les leaders européens se trouvent dans la même posture, pris au piège par une orthodoxie similaire. Au lieu de l’étalon-or, on a la politique monétaire allemande – la hantise de la menace fantôme de l’inflation et la politique de la terre brûlée en ce qui concerne la réduction de la dette. L’austérité et les baisses de salaire s’ensuivent forcément. Les électeurs peuvent voir ça, qui est pourquoi ils abattent les dirigeants en exercice comme des vieux arbres morts.

Les dirigeants de l’Europe n’ont pas de stratégie politique, seulement une économique qui est défunte. Sans stratégie politique il n’y a aucun espoir. Ça ne fait rien que l’orthodoxie dicte que l’austérité est la “bonne” politique. Les partis qui continuent à offrir le même régime jockey seront renversés. Ceux qui pensent qu’on pourra conserver notre système actuel du capitalisme se leurrent dans un monde imaginaire.

Les partis démocratique – le centre-droite comme la centre-gauche – doivent soit réinventer le capitalisme soit être balayés par les forces plus sauvages qui ne se passionnent pour ni le laisser-faire ni la démocratie.

Il y a ceux sur la droite démocratique (on dirait surtout en Grande Bretagne) qui veulent saisir l’opportunité d’infliger plus des réformes free-market, plus de dérégulation du marché du travail, de plus en plus de compressions budgétaires. Ils rêvent d’achever la révolution ‘thatchériste’ sur les fosses des économies de la zone euro. On peut discuter le coup au sujet des conséquences économique de tout cela, mais politiquement cela mènera à rien. Les électeurs européens ne vont pas dans cette direction.

Face à la crise, l’électorat européen ne savent pas s’il devrait se tourner vers la droite ou la gauche. Mais ceux qui ont évolué vers le droite ne votent pas pour le statu quo. Ils viennent en masse aux partis comme le Front National en France, le Parti de la Liberté de Geert Wilders au Pays Bas, les Vrais Finlandais et même le néo-Nazi l’Aube Dorée en Grèce. Ce ne sont pas de partisans du marché libre. Leur projets économique ressemblent plutôt aux politiques des groupes gauchiste, comme le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon or le mouvement Syriza d’Alexis Tsipras en Grèce.

Prenons le Front National, per exemple, qui se bat avec l’UMP pour la domination de la droite française. Laissons de côté le racisme quotidien, la xénophobie, les mesures répressives de la politique sociale et de sécurité qui rempliraient les prisons de la France d’une moitié de la population active (j’exagère, mais pas beaucoup). Marine Le Pen veut aussi mettre fin au Marché unique européen, édifier les barrières douanière protectionnistes, arrêter la libre circulation des travailleurs et capitaux, nationaliser des banques.

Si ce n’est pas exactement le communisme, ce n’est pas le paradis du marché libre non plus. Aigre, bornée et répressive, si tu veux imaginer à ce que ressemblerait la France de Mme Le Pen, jeter un coup d’oeil à la Russie de Vladimir Poutine.

Mais ces idées ont de l’influence sur les électeurs européens parce que, au minimum, elle essaient de s’adresser aux craintes du peuple. Parce qu’elle semblent rompre avec le passé. Non encombré de l’orthodoxie économique, un parti comme le Front National peut offrir un projet exclusivement politique.

Si les Européens de la centre-gauche et centre-droite, qui partagent plus qu’ils veulent généralement admettre, souhaitaient conserver la démocratie libérale et une économie largement capitaliste, ils ont besoin d’une stratégie politique qui s’adresse à (parmi des autres):

Précarité – l’austérité et des reformes ‘thatchéristes’ créent l’incertitude et instabilité que les marchés détestent. Des gens peureuses ne font pas des travailleurs contents ou productifs. Ou électeurs.

Exclusion sociale – en particulière de la classe ouvrière, qui sont la groupe la plus attirée par les partis autoritaires de la droite et la gauche.

Salaires stagnants/en baisse – depuis 30 ans, la proportion de la croissance destinée aux salaires est insuffisante. Les revenus des ouvriers en Europe étaient largement en stagnation pendant de nombreux années; maintenant ils sont en chute libre. Pour la démocratie, c’est insupportable.

Globalisation – À ceux qui disent que les Européens devraient s’appliquer et accepter l’abaissement de salaires pour faire concurrence avec la Chine ou l’Inde – laissez béton! Vous serez renversé longtemps avant que ça se passera.

Si on ne peut pas réinventer le capitalisme libéral-démocratique pour que ça marche pour les travailleurs ordinaires, on ne peut pas s’attendre à ce qu’il survive. Décidez tout de suite: êtes-vous pour la démocratie ou le marché libre? Vous ne pourriez plus tergiverser longtemps.

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *